FAQ

 

Le PÉÉ

Est-il compliqué de préparer un dossier pour étudier à l’étranger avec le PÉÉ?

Monter son dossier demande du temps, des efforts et de l’autonomie. La phase de recherche sur les sites internet des universités partenaires est importante pour trouver l’établissement qui correspond le mieux à votre projet, cela prend du temps. Rassembler les documents demandés, éventuellement renouveler votre passeport si besoin, faire votre demande de visa d’études demandent également du temps et de la rigueur pour ne rien oublier et respecter les délais. Mais vous n’êtes pas le seul à passer par là! Et selon la grande majorité des étudiants qui sont partis étudier à l’étranger, ces efforts en valent vraiment la peine!

Est-ce que la participation au PÉÉ risque d’allonger la durée des études?

En principe non, puisque les cours effectués à l’étranger vous seront crédités à votre retour. Pour cela, assurez-vous que votre responsable académique approuve les cours que vous souhaitez prendre à l’étranger. Et réussissez-les!

A qui et quand doit-on soumettre notre dossier de participation?

Après avoir complété le formulaire de demande de participation, les candidats doivent soumettre leur dossier complet au responsable de leur établissement d’attache.

La date limite pour remettre son dossier BCI se situe normalement entre la fin janvier et la mi-février. C’est votre université d’attache qui décide de cette date et qui vous accompagne dans vos démarches. Renseignez-vous auprès du responsable du programme d’échanges de votre université et commencez à murir votre projet une année à l’avance.

Peut-on transmettre notre dossier de participation nous-même directement à l’établissement d’accueil?

Non*, c’est le responsable de l’établissement d’attache qui assurera la transmission des dossiers dans les établissements d’accueil. Une demande de participation transmise directement par un candidat ne sera pas considérée.

* À l’exception de l’Université Laval. Voir leur fiche détaillée.

Comment les choix d’établissements d’accueil vont-ils être respectés?

En complétant le formulaire de demande de participation, vous devez choisir les établissements d’accueil où vous souhaiteriez participer à un échange. Classez-les par ordre de priorité décroissante (ie. votre premier choix est celui qui aura la priorité).

Les premiers choix des candidats seront respectés dans toute la mesure du possible, mais ils ne peuvent être garantis, compte tenu du nombre de demandes et de la capacité d’accueil de l’établissement concerné.

Quels sont les établissements universitaires québécois participant au programme d’échanges étudiants du BCI?

Onze établissements universitaires québécois participent au PÉÉ. Il s’agit de l’Université Laval, Polytechnique Montréal, Université de Sherbrooke, UQAM, UQTR, UQAR, UQO, UQAT, ÉNAP, ÉTS et Bishop’s University. Si votre établissement n’y figure pas, il existe probablement d’autres programmes d’échanges ou ententes bilatérales qui peuvent vous permettre de partir dans le pays et l’établissement qui vous intéresse. Renseignez-vous auprès de votre université.

Quels sont les établissements universitaires étrangers participant au programme d’échanges étudiants du BCI?

La liste complète des établissements universitaires étrangers partenaires du PÉÉ se trouve ici.

Est-il possible de choisir des universités dans des pays différents?

Cela dépend des conditions de participation établies par votre établissement d’attache. Il faut donc vérifier auprès de la personne responsable du PÉÉ dans votre établissement.

Que se passe-t-il si le dossier est incomplet?

Un dossier incomplet sera automatiquement rejeté.

Sur le formulaire, quelles sont les informations optionnelles?

Vous devez fournir toutes les informations demandées dans le formulaire ; seules celles qui apparaissent sur fond bleu sont optionnelles.

Besoin d’aide avec le formulaire?

Consultez l’aide en ligne. Si vous êtes étudiant au Québec, elle est par ici; si vous êtes étudiant à l’étranger, elle est par . Elle sera accessible aussi à partir de chacune des pages du formulaire en cliquant sur le bouton « ? ».

Quand recevrai-je une réponse à ma demande d’admission?

Il n’existe pas de date précise. Cela dépend des universités, du programme et de la période à laquelle vous avez déposé votre demande. Mais vous pouvez compter en moyenne 6 à 8 semaines après la réception de votre dossier par l’université avant de recevoir une réponse.

Visa

Comment obtenir un visa?

Pour les étudiants voulant venir étudier au Québec, vous trouverez tous les renseignements sur les visa et permis d’études sur le site de CIC Canada : http://www.cic.gc.ca/francais/etudier/index.asp

Pour les étudiants québécois voulant partir à l’étranger, vous trouverez l’information sur les sites web de l’ambassade ou du consulat de votre pays d’accueil.

Financement

Comment financer mon projet de séjour à l’étranger?

Le BCI n’offre aucun support financier aux participants du PÉÉ mais il existe certains programmes indépendants du BCI qui peuvent délivrer des bourses aux étudiants en mobilité. Consultez la section bourses ou financement sur le site internet de votre université d’attache. Renseignez-vous également auprès du responsable du PÉÉ de votre université d’attache, il pourra vous donner de l’information sur les différentes possibilités de financement.

Pour les étudiants québécois qui désirent faire une mobilité à l’international, sachez qu’il existe un Programme de bourses pour de courts séjours d’études universitaires à l’extérieur du Québec (PBCSE).

Il peut également vous être avantageux de consulter le site des Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ). Cet organisme accompagne les étudiants qui souhaitent réaliser une ou deux sessions consécutives d’études à l’étranger. Si votre projet est accepté, LOJIQ assume 65% du coût du transport international jusqu’à un montant maximal. Par exemple, pour la France, le remboursement maximal est de 700 $. De plus, LOJIQ fournit une assurance responsabilité civile générale à hauteur de 2 000 000 $ pour la durée de votre projet. Un appui supplémentaire est accordé aux participants provenant des régions. Pour plus d’information : https://www.lojiq.org/participer/programmes/etudes-et-stages/session-detudes/

Combien coûte un séjour à l’étranger?

Les coûts varient selon la destination, renseignez-vous auprès de votre université d’accueil.

Travail

Peut-on travailler à temps partiel quand on étudie à l’étranger?

Généralement non mais cela dépend de ce que permet votre visa d’études. Vous devez néanmoins avoir obligatoirement les ressources financières nécessaires à votre subsistance avant votre départ.

Pour toutes les questions de visa (études ou travail) :

– si vous êtes étudiant québécois, veuillez vous référer au consulat ou ambassade du pays qui vous intéresse.

– si vous souhaitez venir étudier au Québec, ces informations sont disponibles sur les sites suivants:

Peut-on faire des stages à l’étranger dans le cadre du PÉÉ?

Pour les étudiants qui viennent étudier au Québec, non, le PÉÉ est consacré aux sessions d’études (cours) seulement.

Pour les étudiants québécois partant étudier à l’étranger, cela dépend de votre université d’attache. (Pour la plupart ce n’est pas possible, mais certaines universités comme l’UQTR l’autorisent sous certaines conditions).

Est-il possible pour les étudiants des cycles supérieurs de faire de la recherche dans le cadre du PÉÉ?

Cela dépend de vos établissements d’attache et d’accueil, ainsi que des crédits qui peuvent être accordés ou non à votre activité de recherche. Votre responsable pourra vous aider à ce sujet.

Assurance santé et hospitalisation

Est-ce que j’ai besoin d’une assurance santé et hospitalisation?

Oui. Les étudiants admis aux programmes d’échanges doivent se munir d’une couverture d’assurance médicale qui leur fournira une protection adéquate en cas d’accident ou de maladie. En effet, la loi québécoise oblige les étudiants étrangers à détenir une couverture d’assurance médicale valide au Québec.

Dans une majorité de cas, il faut s’en munir avant le départ. Cependant, dans certaines universités, il est parfois obligatoire pour les étudiants de prendre l’assurance de l’université d’accueil à leur arrivée sur place. Veillez à bien vous renseigner à ce sujet auprès de votre université d’accueil!

Par ailleurs, le gouvernement du Québec a conclu des ententes de réciprocité en matière de sécurité sociale incluant un volet relatif à la santé avec certains pays, soit : la Belgique; le Danemark; la Finlande; la France; la Grèce; le Luxembourg; la Norvège; le Portugal, la Roumanie et la Suède. Pour plus de renseignements, consultez le site de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ).

Les étudiantes et étudiants étrangers non couverts par une telle entente doivent souscrire au Régime collectif d’assurance maladie et hospitalisation pour étudiants étrangers d’établissements universitaires présentement offert par Desjardins Sécurité Financière (sauf à l’Université Bishop’s). Pour s’y inscrire, les étudiantes et étudiants doivent s’adresser directement à leur université d’accueil (Service à la vie étudiante, Service aux étudiants, ou Relations internationales.)

Le coût de cette assurance est de 972 $ pour l’année 2017-2018. Ce montant est sujet à changement chaque année.

Pour l’assurance santé et hospitalisation, y a-t-il des conditions particulières pour les Québécois qui vont étudier en France, à l’Île de la Réunion, en Guadeloupe ou en Martinique?

Oui. En vertu d’un Arrangement administratif fixant l’application du « Protocole d’entente entre le gouvernement du Québec et le gouvernement de la République française relatif à la protection sociale des étudiants et des participants à la coopération », les étudiants québécois qui poursuivent leurs études en France, à l’Île de la Réunion, en Guadeloupe et en Martinique dans le cadre des programmes d’échanges peuvent bénéficier des prestations en nature de l’assurance-maladie-maternité du régime français. Il leur suffit de présenter à la caisse primaire d’assurance-maladie de leur lieu de résidence en France ou dans l’une ou l’autre île mentionnée ci-dessus le formulaire SE 401-Q-106 dûment complété par leur établissement d’attache et par la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ).

Cependant, les soins médicaux reçus en France, à l’Île de la Réunion, en Guadeloupe et en Martinique ne sont pas toujours complètement remboursés. Certains frais demeurent à la charge de l’étudiant. Si celui-ci bénéficie déjà, grâce à une assurance collective ou individuelle, d’une protection complémentaire d’assurance-santé, il serait préférable de vérifier auprès de son assureur la nature de la protection offerte. La protection complémentaire doit couvrir l’excédent des dépenses non remboursables par le régime français. Les assurances qui couvrent uniquement l’excédent des dépenses non remboursables par la Régie de l’assurance-maladie du Québec pourraient s’avérer inutiles.

Il appartient donc à l’étudiant de juger de la nécessité de se procurer une assurance complémentaire. Il peut le faire au Québec, avant son départ, ou en France, à l’Île de la Réunion, en Guadeloupe ou en Martinique, auprès d’une mutuelle (compagnie d’assurance privée).

Comment fonctionne le système universitaire québécois?

Les cycles

Le système universitaire québécois est composé de trois cycles d’études. On peut accéder au premier cycle après 13 années de scolarité. La durée des études varie selon la discipline et le cycle choisis, mais représente en général :

  • 1er cycle : Baccalauréat (3 à 4 ans) et certificat (1 an)
  • 2e cycle : Maîtrise (2 ans) et diplôme de deuxième cycle (1 an)
  • 3e cycle : Doctorat (3 à 5 ans).

Les sessions

L’année universitaire comprend trois sessions :

  • La session d’automne commence vers la fin août ou le début septembre et se termine à la mi-décembre.
  • La session d’hiver commence au début de janvier et se termine à la fin d’avril.
  • La session d’été commence au début mai et se termine à la fin juin s’il est intensif ou à la mi-août s’il est régulier.

Ce ne sont pas toutes les universités qui offrent des sessions d’été, renseignez-vous auprès de votre faculté d’accueil. La session d’été peut être obligatoire dans certains programmes.

Les crédits

Le crédit est une unité qui permet d’attribuer une valeur numérique à la charge de travail requise d’un étudiant pour atteindre les objectifs particuliers d’un cours ou d’une activité.

Un cours dans le système universitaire québécois correspond, en général, trois crédits, soit à 45 heures d’activités d’apprentissage (cours, travaux pratiques, travail en laboratoire, stage, évaluation, etc.) en plus du travail personnel, étalées sur une session (15 semaines). Pour les activités de recherche ou les activités reliées à un stage, la nature et la charge de travail sont établies au cas par cas.

Le nombre de crédits nécessaires pour l’obtention d’un diplôme est généralement de :

  • 90 à 120 crédits pour le baccalauréat
  • 45 à 60 crédits pour la maîtrise
  • 90 crédits pour le doctorat
  • 30 crédits pour un diplôme de 2e cycle et au certificat.

Un étudiant doit être inscrit à un minimum de 9 ou 12 crédits par session (en fonction du cycle d’études) pour avoir un statut à temps complet. Pour connaître le nombre de crédits attribués à un cours particulier ou à un programme d’études complet, il suffit de consulter la description du cours ou du programme. La majorité des cours ou des activités comptent trois crédits.

Pour fins de comparaison avec le système européen, un crédit dans le système universitaire québécois correspond à deux crédits dans le « European Credits Transfer System » (ECTS).

La vie au Québec

Est-ce facile de se loger au Québec?

Tous les établissements québécois sont dotés de résidences à même leur campus. Ceci-dit, la place en résidence universitaire n’est pas garantie à tous les étudiants étrangers, mais si vous faites parvenir votre demande rapidement, soit dès que vous recevez l’offre d’admission de l’université, vous augmentez vos chances de trouver une chambre en résidences universitaires.

Habiter dans un appartement en périphérie du campus peut être une bonne option.

Les services à la vie étudiante ou des relations internationales de votre université d’accueil peuvent vous diriger vers une liste d’appartements disponibles.

S’il peut être difficile de trouver un logement à distance avant votre départ, nous vous recommandons fortement de réserver au moins un logement temporaire pour les premiers jours à votre arrivée.

Est-ce que les universités offrent un soutien aux étudiants étrangers?

Bien sûr ! Dans chacune des universités, vous trouverez auprès du service à la vie étudiante ou des relations internationales du soutien destiné aux étudiants étrangers, notamment des activités d’accueil et d’intégration socioculturelle.

De plus, les universités québécoises offrent une panoplie de services à tous leurs étudiants, et ce, dans plusieurs secteurs (santé physique, aide psychologique, orientation scolaire et professionnelle, français, logement, etc.) sans oublier les associations étudiantes.

Arrivée

J’arriverai au Québec par l’aéroport de Montréal. Y a-t-il un service d’accueil?

Oui, chaque année en août ! En collaboration avec différents organismes, Accueil Plus, un service d’accueil des étudiants étrangers à l’aéroport Montréal-Trudeau est offert. Ces journées d’accueil se tiennent généralement pendant les trois dernières semaines du mois d’août. L’horaire exact est annoncé au début de l’été.

Qu’est-ce que le service Accueil Plus?

Le service Accueil Plus s’adresse aux étudiants étrangers qui arrivent à l’aéroport Montréal-Trudeau au mois d’août de chaque année en vue d’étudier dans un établissement d’enseignement universitaire ou collégial québécois. Ce service vise à simplifier l’arrivée de ces étudiants à l’aéroport.

Pour plus de renseignement concernant cette activité, consulter le site Web d’Accueil Plus.

Partenaires

Je ne trouve pas mon établissement dans la liste des établissements partenaires. Peut-il devenir partenaire s’il ne l’est pas encore?

Si votre établissement ne fait pas partie de ceux-là, n’hésitez pas à prendre contact avec nous pour voir comment nous pourrions établir un partenariat. Consulter la page Devenir partenaire.

Comment s’effectue l’examen de la demande d’adhésion déposée par un établissement universitaire ou un regroupement d’établissements universitaires dans le cadre de la Convention du BCI?

Les établissements ou les regroupements d’établissements désireux d’adhérer à la Convention Programme d’échanges étudiants (PÉÉ) avec le Bureau de coopération interuniversitaire (BCI) doivent communiquer avec nous à l’adresse suivante : echanges-etudiants@bci-qc.ca.

La coordonnatrice s’assurera que le dossier est complet et, au besoin, elle communiquera avec le représentant de l’établissement afin d’obtenir les informations manquantes.

Le Groupe des universités membres du Programme d’échanges étudiants procédera à l’évaluation des dossiers de candidature; à l’issue de cet examen, l’une ou l’autre des décisions suivantes sera prise :

la candidature est rejetée :

dans ce cas, l’établissement ou le regroupement d’établissements est informé de la décision par une lettre.

la candidature est retenue :

dans ce cas, l’établissement ou le regroupement d’établissements est informé de la décision par une lettre.

La mise en œuvre de la Convention sera assurée par la coordonnatrice du programme d’échanges étudiants du BCI qui transmettra au partenaire deux exemplaires de la Convention, dans chacune des langues convenues par les parties, pour signature par le chef d’établissement ou le chef du regroupement. Les copies signées devront être retournées au BCI pour signature par le président du Groupe des universités membres du Programme d’échanges étudiants. Une copie de chacune des conventions sera acheminée à l’établissement partenaire, l’autre étant conservée au secrétariat du BCI.

La Convention, d’une durée de cinq ans, entre en vigueur à compter de la date de signature par les deux parties.